Accueil / Forum d'entraide / Quel type de ID choisir et que peut-on y raccorder ?
LM46
Premiers gestes 🧤
12/09/08-10:04

Quel type de ID choisir et que peut-on y raccorder ?

Bonjour,

Ce sujet de discussion fait suite au sujet « Tableau à améliorer ? »
http://www.leroymerlin.fr/mpng2-front/pre?zone=zoneforum&mode=view&action=viewthread&thread=33487&lastpage=yes#139809

Depuis que Carminas a relancé le sujet de discussion, hier soir, je me suis dit qu’il va bien falloir qu’on s’en sorte, et que j’arrête de jouer les valseuses !

Il semble que l’on tourne autour de l’utilisation de ID HI, sans vraiment savoir avec précision quoi en faire. C’est peut-être qu’on a un peu oublié sa fonctionnalité, ou qu’on n’a pas les idées claires sur la propagation sur le réseau des perturbations électromagnétiques et de ses conséquences pour les appareils consommateurs, du moins c’est ce que je crois deviner.

En mono dans l’habitat, il existe à ma connaissance 3 types principaux de ID, type AC, A, et HI (ou autre sigle similaire).

Ce qu’ils ont en commun c’est d’avoir deux contacts (phase & neutre) par lesquels l’énergie transite pour alimenter les circuits consommateurs en avals. Ce qu’on ne conserve pas forcément présent à l’esprit c’est que quelque soit le type de l’ID , il n’a aucune influence sur la qualité du réseau et des perturbations qui peuvent y exister. Ses deux contacts se limitent à permettre le transfert de l’énergie, entre la fourniture qui provient de l’amont et la consommation par les appareils en aval et de l’interrompre lorsque son système spécifique à détecté un défaut. Mais existe et existera inchangé sur le réseau se qui existe.

La seule chose fondamentale qui les différentie c’est le système de détection différentielle qui active l’ouverture de ces contacts.
Le type AC n’a pas la capacité de détecter la composante continue pulsée sur le réseau d’alimentation qu’il surveille et donc de ne pas s’ouvrir en présence de ce défaut émis par un des appareils connecté d’une part, et est susceptible d’être affecté en présence de perturbations électromagnétiques sur le réseau d’alimentation qu’il surveille (quel quand soit l’origine, nature, etc.), et d’interrompre son alimentation, alors que le défaut détecté ne provient pas d’un défaut de courant différentiel d’un des appareils connecté d’autre part. Il en découle que les circuits consommateurs connectés à ce type de ID ne devront pas être en mesure d’émettre la composante continue pulsée, et accepter d’avoir leur alimentation interrompue en cas de déclanchement non désiré. Il semble que ce cas ne nous pose pas vraiment de soucis.

Le type A se différencie par sa capacité à détecter la composante continue pulsée. Idem, je ne pense pas que ce cas nous pose également soucis.

Vient le cas de type HI. Si on reprend en considération stricto sensu ce qui vient juste d’être dit si dessus, il en découle uniquement qu’il ne faut pas y connecter des appareils qui en cas de défaut sont susceptibles d’émettre une composante continue pulsée. Si on prend se soin, on va assurer la qualité de l’assurance du maintient de l’alimentation contre les perturbations électromagnétiques présumées existantes pour les appareils qui y seront connectés.
Pour être plus clair, il faut y raccorder tous les appareils qui sont susceptibles d’émettre des perturbations électromagnétiques (car ne devraient pas perturber le ID HI, mais sont susceptibles de perturber les autres type ID de l’installation s’ils y étaient connectés), et également ceux dont on souhaite assurer la sécurité d’alimentation, tel que congélateur, etc.

Si mon raisonnement est correct, dans le cas concert qui m’anime, je ne détecte pas d’antinomie à avoir le Congélateur, Réfrigérateur, et informatique sous le même ID de type HI, mais bien le contraire.

Ne pas commettre l’erreur suivante, d’amalgamer les effets des perturbations électromagnétiques sur l’ID, et sur les appareils qui y sont connectés. Ainsi l’ID AC peut très bien déclencher donc être affecté, mais des appareils (peut-être pas tous) tel que radiateur, congélateur, réfrigérateur, etc. ne seront pas affectés directement dans leur fonctionnement. Il me semble nécessaire de séparer ces deux choses. On s’occupe du fonctionnement de l’ID et on y raccorde les appareils en conséquence, et pour les appareils qui sont susceptibles d’être affecté par la qualité de l’alimentation je pense que la réponse se situe par l’introduction d’un dispositif permettant d’éliminer ces perturbations au niveau de l’appareil. Avec un peu de chance ce dispositif pourrait fonctionner dans les deux sens, éliminer les perturbations venant du réseau, et bloquer la propagation émise par ces appareils, mais sans doute que je fabule !

La question que je continue à me poser, et à laquelle je n’ai pas le moindre élément de réponse, c’est de savoir comment se propage les perturbations sur le réseau, et plus particulièrement celle qui pourraient être émises par mes appareils informatiques ou autres susceptibles de les émettre. Avez-vous une idée ou connaissance sur le sujet ?

Voilà le conseil que m’a apporté le sommeil de cette nuit.

J’espère ne pas avoir été soporifique et que mon texte va suscité de nombreuses réactions !

Qu’en pensez-vous ?

Inutile de me dire que j’essaye de sodomiser les moustiques !

Bonne journée, merci d’avance pour vos commentaires et à bientôt !

A+

Continuez d'explorer la communauté !